Littérature jeunesse. Les héros préférés des petits parlent breton


Arno Elegoed, à Quimper (Finistère), porte à bout de bras la maison d'édition associative Bannoù-heol.

Grâce Arno Elegoed, les jeunes bretonnants se régalent des histoires de leurs héros préférés. L’aventure de la maison d’édition Bannoù-heol à Quimper, (Finistère) dure depuis 1999…

L’initiative

Petit Ours brun est le héros des années « maternelle ». Y compris des 4-5 ans qui parlent le breton. Eux l’appellent Arzhig Du. À l’origine du double bretonnant du personnage né dans le magazine Pomme d’Api en 1975, un Quimpérois, Arno Elegoed. Tout commence en 1999. Pour donner une image « moderne » de la langue, le prof de musique envisage de traduire Boule et Bill. Il appelle Dargaud, l’éditeur, qui donne le feu vert dans la foulée : « J’ai été un peu pris de court ! », se souvient-il.

Titeuf, Léo et Popi

Il crée les statuts de l’asso, Bannoù-Heol (Rayons de soleil), traduit les aventures du petit garçon et de son fidèle cocker. Il jongle avec les jeux de mots, s’applique à faire rentrer la traduction dans le format contraint des bulles. L’exercice lui plaît. Le produit fini enthousiasme les lecteurs.

L’initiative fait son petit effet en Bretagne. Il reçoit des sollicitations pour traduire les aventures de Thorgal et celles de Titeuf, le héros des pré-ados du dessinateur Zep. « Titeuf a été traduit par des jeunes pour les jeunes : des élèves du collège de Diwan du Relecq-Kerhuon ont chacun travaillé sur une planche », se souvient Arno Elegoed. Le premier album traduit, le n° 6, Tchô, monde Cruel, est épuisé en quelques semaines…

Les maisons d’édition jouent le jeu, avec plaisir : « On est toujours contents de travailler dans la diversité des langues, sourit Émilie Coulette, chargée de la vente des droits, chez Bayard. On travaille en confiance. On ne vérifie pas chaque traduction… Mais s’il y avait eu un problème, on aurait été au courant très vite ! »

Dix-sept ans après son lancement, Bannoù-heol, soutenue par le conseil régional, qui finance la moitié des coûts d’impression, sort régulièrement des nouveautés.

Son catalogue rassemble 74 titres de Titeuf, Léo et Popi, Thorgal… Il vient de s’enrichir d’une nouvelle série, Istorioù Kaer ar re vihanañ (Les Belles histoires des tout-petits) : quatre albums solides à 5,20 € signés d’illustrateurs et auteurs jeunesse reconnus (Éric Battut, Véronique Massenot…). « Je choisis des valeurs sûres qui se vendent bien en français », explique Arno Elegoed. Cette série connaîtra-t-elle le succès d’Arzhig Du ? Les histoires de l’ourson, également traduites en allemand, en néerlandais et en chinois, se sont écoulées à près de 20 000 exemplaires dans sa version bretonne.

01 - Ouest-France - Penn-ar-Bed / Finistère