Les gags de Boule & Bill traduits en breton - Les quatre saisons de Boulig ha Billig


Les facéties de Boule & Bill sont maintenant traduites en breton sous le titre de "Ar pevar amzer" grâce à Arno Elegoed et Maurice Hamon.

Comme leurs grands frères Tintin et Yakari, Boule & Bill, célèbres héros de bandes dessinées sont maintenant traduits en breton. Grâce au talent d'Arno Elegoed, professeur de musique et de breton au collège Sainte-Thérèse, les facéties de Boulig ha Billig sont maintenant accessibles aux bretonnants.

Le dernier album de Boule & Bill vient de sortir des presses de la célèbre maison d'édition Dargaud et déjà on le trouve traduit en breton. Grâce au travail d'Arno Elegoed, les petits Bretons pourront découvrir les facéties de leurs héros préférés dans leur langue régionale. C'est la deuxième réalisation du jeune traducteur qui n'a pas hésité à contacter directement les maisons d'édition pour leur proposer ses services. "On ne trouve pas beaucoup de BD en breton et c'est dommage car petits et grands peuvent prendre plaisir à feuilleter un album de gags en breton pour apprendre la langue" souligne  Arno. Séduite par la démarche du jeune professeur, Sophie Castille, responsable des droits internationaux chez Dargaud accepte de collaborer à l'aventure. Il faut dire que le projet est aussi financé à hauteur de 40 % par l'Institut Culturel de Bretagne.

Dès le mois de mai, Roba l'auteur de la BD, fait parvenir les planches de dessins à Arno Elegoed qui se lance aussitôt dans la traduction. Il faut que le texte tienne dans les bulles des personnages et respecte l'esprit de l'histoire. Devant l'ampleur de la tâche, il fait appel à son collègue, Maurice Hamon, également professeur de breton et d'anglais dans le même établissement. Bizarrement, c'est avec les onomatopées que nos deux compères auront le plus de mal. "Vroum se dit braoum et beurk se traduit par ec'h ! C'est l'Office de la langue bretonne qui nous a conseillé de relire Tintin où un gros travail de traduction a déjà été fait. Nous l'avons utilisé comme une banque de données, pour le reste c'est une simple traduction", précise Maurice Hamon.

Ar pevar amzer

Bien que financée à hauteur de 40 %, l'aventure coûte plus de 20 000 F et Arno Elegoed participe personnellement pour le reste. Très motivé, il vient de créer une association "Bannoù-heol" qui se charge de commercialiser les 2000 exemplaires édités. Il a bien raison de rester optimiste car une bonne partie de son stock est déjà écoulée auprès des écoles, bibliothèques et sympathisants bretonnants. Il faut souligner que le titre de l'album, "ar pevar amzer", (les quatre saisons) ne pouvait qu'inspirer le professeur de musique.

Ar pevar amzer est disponible par correspondance auprès de l'association Bannoù-heol, 140, rue de Pont-l'Abbé, Quimper au prix de 8,5 € (55,60 F) plus 2,10 € (13,80 F) de frais d'envoi. Tél. : 02 98 64 58 96 et www.b-heol.com

 

01 - Ouest-France - Cornouaille