Cinéma : le breton a la parole


Samuel Julien, permanent de Dizale et Denis Le Hir, de l’association Bannoù-heol

Mardi, le cinéma Even a accueilli une « avant-première mondiale ». En effet, « An afer Sezneg », le film d’Yves Boisset réalisé pour la télévision, a été projeté pour la première fois dans sa version bretonne.

Depuis le cas Dreyfus, aucune affaire criminelle n’avait autant défrayé la chronique judiciaire que celle de Guillaume Seznec. Il y a quelques années, le réalisateur Yves Boisset en avait fait un film de 190 mn pour la télévision.

Près de 40 voix 

A la demande de TV Breizh, l’association Dizale, spécialisée dans l’audiovisuel en langue bretonne, en a réalisé une version en breton. Cette aventure a mobilisé traducteurs, techniciens et une quarantaine de voix, pendant plus d’un mois, fin 2004.

Un marché du DVD en breton 

« Contrairement à un doublage en français, pour lequel on cherche à être le plus lisse possible, à gommer tous les accents, ce travail possède un grand intérêt linguistique, du fait de la diversité des âges et des provenances des personnes qui ont prêté leur voix », explique Samuel Julien, l’un des deux permanents de Dizale. Ce travail correspond aussi au lancement d’un marché du DVD en langue bretonne.

Deux dessins animés 

En effet, outre « An afer Sezneg », distribuée par l’association Bannoù-heol, qui a ainsi agrandi sa gamme auparavant composée de livres pour la jeunesse, Dizale a déjà produit deux dessins animés et un CD-Rom interactif dédié à la jeunesse, qui se fonde sur un autre dessin animé, bien connu des enfants : « 64, rue du Zoo » (« 64, straed ar Zoo »). 

Bref, de quoi « mettre davantage de breton dans la vie quotidienne », ce qui ne peut que réjouir les responsables de Ti-ar-Vro, organisateurs de la soirée de mardi. La seconde partie du film sera diffusée mardi, dès 20 h, au cinéma Even. 

Vendredi 26 Mai 2006 - Le Télégramme - Lesneven